« Je ne peux plus ouvrir un coffre de voiture » : la douleur des proches de la famille Troadec

  « Je ne peux pas admettre que quatre personnes aient été massacrées, dépecées, brûlées par un pervers narcissique », a lancé Martine Solivères, l’une des sœurs de Brigitte Troadec, à la barre au sujet... .. L'article complet sur sudouest.fr 

Choisir une source