Le Tour témoin de la surchauffe climatique

  NYBORG, Danemark – Sillonnant l'Hexagone en juillet, le peloton du Tour de France est aux premières loges du réchauffement climatique auquel il est contraint de s'adapter : les températures moyennes enregistrées sur le revêtement de ses routes ont bondi de dix degrés en moyenne en vingt ans. La vague de chaleur de juin qui a touché de plein fouet les coureurs du Tour de Suisse et de la Route d'Occitanie s'inscrit dans une tendance de fond. Entre les trois éditions du Tour de France de 1999 à 2001 et les trois dernières ayant eu lieu en juillet (2018, 2019 et 2021), la température moyenne relevée sur les routes est passée d'environ 29,6 degrés à 40,1 degrés. Le « Monsieur Route » du Tour, André Bancalà, coordinateur des Départements de France, a partagé à l'AFP ses données relevées et compilées depuis 1999. Il enregistre, à l'aide d'un pistolet, les températures de l'air et du sol, au kilomètre zéro, à mi-étape et juste avant l'arrivée (à la flamm ..

tour, danemark, sillonnant, hexagone, france, temoin, surchauffe Image source : rds.ca
Choisir une source